dimanche 22 février 2015

Tactiques

Hier après-midi, je suis allé chez moi ami Frédéric pour en découdre avec lui sur la règle Tactiques, avec ses jolies figurines 10mm. Nous avons joué au format le plus haut avec les ordres. Pour l'emporter il faut éliminer 7 unités à son adversaire. 

Frédéric français avec Napoléon himself et je menais les bavarois. 
Nous avons essayé tant que faire se peut de jouer sur des terrains historiques. Nous nous sommes rencontrés sur le champ de bataille de Pultusk et de Hoff.

1ère bataille :
Le champ de bataille :

Déploiement des deux camps, les bavarois en bas. Le gros de l'infanterie est sur l'aile gauche. L'idée est alors de prendre les collines à gauche de la route et de repousser ensuite l'aile droite française. 
Les bavarois ont l'initiative.

Un gros plan sur les fantassins bavarois : 

Les français avancent et entrent dans le village :


Ils avancent aussi vers les collines tant convoitées :


Les bavarois font de même :

Les collines sont âprement disputées de même que la forêt à leur gauche :


Finalement, les collines et le bois restent entre les mains bavaroises mais au prix de très lourdes pertes, dont le régiment de la garde : 

Dans le même temps, les français réduisent à néant plusieurs unités au centre, obligeant les bavarois à reformer leurs lignes en arrière.  Comme l'aile droite n'a rien fait, de même que l'aile gauche française, tout s'est joué sur les collines et au centre. 
Les français finissent par l'emporter :


Seconde partie : 
Le champ de bataille avant ...
Une route le traverse en diagonale et une rivière le coupe en deux. Il y a 2 ponts et 2 gués.
Les français bougent en premier. 

Le gros des deux armées se déploient entre la rivière et les forêts. Le français laisse quelques unités de l'autre côté de même que son adversaire qui lui, par contre, en envoie plus.

Gros plan sur les troupes françaises en marche sur la route :

Sagement, les bavarois décident de tenir le pont et le gué, appuyer par l'ensemble de leur artillerie, soit trois batteries :


Alors que leur aile gauche repousse les français en leur infligeant de lourdes pertes, ils avancent aussi au centre en force, allant ainsi affronter Napoléon lui-même :

Toute la cavalerie bavaroise attaque, appuyée par plusieurs régiments d'infanterie. Malheureusement, cette grande attaque échoue et le centre français, quasiment anéanti, tient bon, obligeant les bavarois à repousser la rivière en catastrophe :

De nouveau appuyés sur le pont et sous la protection des batteries, les bavarois relance un assaut rapide et violent sur l'aie droite française, visant la batterie isolée qui s'y trouve. Ils parviennent à la détruire, et remportent ainsi la victoire :

1 victoire chacun avec café et brioche.
Un chouette après-midi chez mon ami. What else ?

samedi 21 février 2015

La bataille de Borodino par Yaquinto : The great redoubt.

7 septembre 1812 : Napoléon rencontre l'armée russe à Borodino. Il tient enfin la bataille qu'il souhaite décisive.
Il entrera dans Moscou ensuite, espérant ainsi obtenir la paix avec le tsar.
La suite prouvera qu'il avait tort.

Cette bataille donnera lieu à la création de plusieurs wargames dont celui de Yaquinto.

Ne cherchez pas celle éditeur car il n'existe plus depuis longtemps et ses jeux font désormais partie des collectors. 
J'ai eu un exemplaire de ce jeu voilà plusieurs années mais je l'ai revendu ... pour le regretter ensuite.
Mes recherches m'ont amené à trouver celui-ci, neuf et sous cello d'origine, aux USA, pour la modique somme de 70 euros fdp inclus.

C'est pour moi une des meilleures simulations de cette rencontre.

Quelques clichés :





Il ne me reste plus qu'à découper soigneusement les pions et à lancer une partie avec Stéphane. 

samedi 14 février 2015

Série "Jours de Gloire" - Hanau - partie d'initiation

Hier soir au club, partie sur Hanau de Frédéric Bey, pour initier Stéphane.

Petit rappel : après la défaite de Leipzig, l'armée française retraite vers la France.
Les bavarois ont rejoint les coalisés et leur général De Wrède, croyant se trouver face à une petite fraction de l'armée impériale, décide de la stopper à Hanau.
Or, il va devoir faire face non pas à ce qu'il imagine, mais à 17000 hommes dont la garde, le tout mené par Napoléon.
La bataille se déroule les 30 et 31 octobre 1813 et voit les aigles impériales l'emporter, permettant ainsi à l'empereur de poursuivre sa route vers des terres moins inhospitalières.

Nous avons joué le début du second scénario du tournoi 2014.

Stéphane jouait les français et j'avais donc le rôle plus compliqué de De Wrède.
Plus compliqué car l'armée bavaroise est largement étalée, coupée en deux par Hanau et la rivière Kinzig, interdisant ainsi à De Wrède de commander correctement toutes ses troupes.

En face Napoléon a toute son armée dans sa main, bien regroupée, ce qui favorise une transmission rapide des ordres malgré un potentiel de commandement inférieur à celui de son adversaire.

Nous avons joué l'intégralité du 1er tour, tranquillement, pour permettre à Stéphane de bien appréhender les subtilités de la série JdG.

Situation avant les 1ers mouvements français. 
Comme indiqué plus haut, les bavarois sont étalés alors que les français sont bien groupés, la garde sur l'aile droite.



A la fin du tour, la situation est claire : les bavarois sont largement enfoncés sur leur aile gauche tandis que leur aile droite a été contenue d'une part, avec la mise en déroute de quelques unités d'autre part. Tout a reposé, comme ce fut le cas historiquement, sur la garde qui a donné dès le début des hostilités, cavalerie en tête :


Nous avons joué le tout début du second tour (pas de photo hélas) qui a vu l'entrée en ligne de la garde à pied, qui n'est venue que parachever l'oeuvre de la cavalerie. 

Nous rejouerons cette bataille dans les semaines qui viennent, mais là, je laisserai Stéphane se débrouiller tout seul ... 



Un peu de lecture

Voici ce que vient de m'offrir un de mes amis st pierrais, Sylvain. Un très beau livre sur les carabiniers, par Yves Martin aux éditions LCV services. En 188 pages, il couvre leur histoire de 1693 à leur disparition en 1871.
Préfacé par Patrice Courcelle, il comporte de très nombreuses gravures de Begnini, Eugène Leliepvre, Rousselot et d'autres dessinateurs de talent.
Merci encore Sylvain pour ce très beau cadeau.





Les parthes pour DBM / DBA / ADG - suite

Après les trois généraux, voici venir la cavalerie arc moyenne (format AdG) ou Cv (format DBM), les archers légers à cheval (LH pour les deux règles), les cataphractes Kn(X) pour DBM et Kn pour AdG. Ces derniers sont soclés par 3 et non par 4 pour plus de commodité lors de la réalisation du socle. Enfin, une vue globale de l'armée telle qu'elle est à ce jour.
Il manque encore des cavaliers moyens, un peu d'infanterie légère et le tour sera joué.





dimanche 8 février 2015

Armée parte 15mm pour DBM / DBA /AdG

Une armée pour DBM et AdG.

Une armée essentiellement montée avec des cavaliers légers, moyens et lourds (cataphractes).
Avec aussi des chameaux cataphractés que j'ai peints surtout pour le plaisir d'avoir 2 unités un peu originales.

Figurines de diverses marques dont Essex et Xyston pour le généraux.

Viendront sous peu s'ajouter à ces quelques socles quelques cavaliers légers et moyens.






samedi 7 février 2015

1er empire encore

Cette fois-ci, voilà des figurines peintes de mes mains. Il s'agit de russes 1812 en 28mm, peints et soclés pour la règle NPOW (Napoleonic Principles Of War) dont je parlerai plus tard. C'était un projet en 2006. Désormais, elles servent pour la règle Tactiques entre les mains d'un ami, Michel Montoya.